lundi 14 janvier 2008

PAT ANGELI SUR MAXXIMUN et sur M 40,

tu te souviens? et bien le SMART te remémore....

Il a présenté avec brio (avec qui ?) le concert du premier anniversaire de M40. Il maîtrise aussi bien la technique que l'animation radio. Il fait de la production artistique pour la publicité et ne dédaigne pas de faire de la musique. Il s'appelle « Pat » (Patrice) Angeli et est DJ depuis des années. A l'antenne de M40 dès 17h, il se sent plus instinctif dans son travail que « préparateur ». Derrière sa console, il aime par dessus tout dialoguer avec son public.

PROF DE SPORT
Tout en continuant ses études pour devenir professeur d'éducation physique, il débute en 1983 à 17 ans sur Radio Plus (Dreux), engagé « au pied levé » lors d'un entretien avec l'un des responsables. Passionné de musique funk, il se perfectionne tous les samedis sur cette FM qui s'inspire (largement) de NRJ. Il souligne qu'il est préférable de commencer « le métier » dans de petites structures plutôt que dans de « grosses » entreprises. Selon lui, les apprentis » n'y obtiennent que très rarement la responsabilité de l'antenne; plutôt confinés à des tâches diverses comme servir du café ou couper les dépèces. « Si on se plante au départ, si on est mauvais dans des petites structures, ce n'est pas grave » explique-t-il. Sa voix passe ensuite « à l'ennemi » (il n'existait alors que deux FM à Dreux !); sur « Force 7' qui est ensuite « franchisée » pour le réseau FUN en 1985.

RADIOPHONISER AU SOLEIL
Après son Bac, n'ayant toujours pas choisi « son camp » entre les cours de gym / tennis et radio, il descend sur la côte d'azur et rencontre les responsables de NRJ-Cannes (réseau régional indépendant du groupe NRJ qui est devenu Kiss Côte d'Azur), FM leader de cette région. Ils l'entraînent dans leur équipe. Il y apprend le montage, la conception et la réalisation de publicités, des jingles et de la « production » (artistique) de programmes. Il choisit enfin de « plonger » et de devenir un vrai pro jusqu'en 1987, tout en conservant derrière la tête, l'idée de devenir journaliste sportif, sa vraie vocation. Après cet apprentissage « sur le tas » c'est le retour vers Paris.

RETOUR A LA CASE ECOLE
Désormais décidé à se perfectionner dans son job, il entre au Studio Ecole de France où il goûte au délices passionnantes de toutes les facettes du métier. Il précise « On ne peut pas inculquer à quelqu'un les bases de l'animation; le verbe, on l'a ou pas. Et des dizaines d'années derrière un micro ne feront pas de vous un bon animateur si vous ne possédez pas ce feu sacré qui va vous différencier des centaines de prétendant au titre » Lucide mais toujours optimiste, il s'éloigne en même temps quelque peu des stations de radio, préférant suivre Charles Biétry et Michel Denisot (Canal+) au Parc des Princes en 1988.







AVENTURE MAXXIMUM
Quelques mois après, il apprend que RTL va créer une nouvelle station de FM. Il envoie une cassette (maquette) à Michel Brillé, directeur de l'antenne (ex-Europe 1). Surprise (?), il est engagé deux jours après. Durant tout l'été, il est « breafé », formaté, adapté et dirigé par le team de l'antenne. Le choix retenu était de former des inconnus plutôt que des « vedettes » (sauf Lorenzo ex-Chérie FM à Skyrock maintenant). C'est alors la création d'une station sans doute trop en avance sur son temps (format Dance Music). Maxximum bat son plein et va marquer toute une génération d'adolescents à un point tel qu'aujourd'hui encore cet auditoire se plaint de « rester sur sa faim » en raison de la disparition de ce type de radio.

UNE JOURNEE BIEN REMPLIE
Pour sa tranche (17h / 20h), Pat' Angeli n'a pas besoin de se lever aux aurores. Pourtant, il ne dédaigne pas de passer le matin aux studios de M40 situés dans le nouveau Forum des Halles à Paris. Il y enregistre, mixe et remixe les « productions » de sa plus récente passion : la musique. Il utilise les « samplers » (échantillonneurs : enregistreurs numériques destinés à être joués sur le clavier musical). Grâce à l'informatique musicale, il réalise de nombreuses versions « remixées » de tube dance music qui sont diffusés à l'antenne. En arrivant, il ouvre son courrier et consulte ses messages minitel, prépare son « menu » de la journée : une tranche musicale ponctuée de jeux et « inserts » téléphoniques. Alors que son prédécesseurs » à l'antenne vient à peine de la rendre (16h59 !), il prépare ses Disques Compacts en moins d'une minute chrono. Son « conducteur » (scénario de l'émission) est surtout dans sa tête.

LA TECHNIQUE
Originalité M40 : outre les CD « normaux », les jingles, quelques pubs et autres « promos » ont un support commun : le disque compact numérique enregistré. En effet, rares sont encore les bandes magnétiques à l'antenne (cartouches). Tout est désormais numérique et le passage à l'informatique (les sons sont alors numérisés sur des unités de disque durs comme pour toutes les données d'ordinateur) est pour très bientôt à M40. Ce choix permet une sécurité (plus de disque rayé, de saphir encrassé), une souplesse d'utilisation (précision et instantanéité du départ du morceau) et surtout une qualité optimisée indispensable pour toute FM musicale. Chaque animateur M40 dispose de sa propre « identification » (jingles, virgules, bruitages...). Chaque enregistrement est déclenché par action sur le « potar » (potentiomètre) ou « fader ». Les niveaux (volume du son) sont idéalement traités par une série de compresseurs (compresseurs-expanseurs de dynamique, spatialisation de la stéréo, traitement du timbre ou correction grave-aigus) tous automatisés, ce qui permet au DJ de ne se préoccuper que de l'essentiel : l'enchaînement et l'animation.

LIMITER LES RISQUES
Derrière « ses fourneaux », Pat bondit entre les machines, répond par téléphone au gagnant du jeu, « cale » les prochains disques, jette un œil à la pendule, sélectionne un message minitel et enfin ouvre son micro pour annoncer un concert exceptionnel : celui du premier anniversaire de M40. Il connaît précisément la distance idéale entre la bouche et le micro pour donner un maxximum d'intensité et de relief à sa voix. Il reste concentré et n'aime pas particulièrement qu'il y ait « du monde » derrière lui en cabine lorsqu'il travaille. L'une des « ficelles » qu'il aime utiliser : il s'adresse à une personne en particulier (il regarde droit devant lui) quand il est à l'antenne. Il fait des gestes en même temps et « lui » parle « comme à un pote ».

LE STYLE ET L'EMOTION
Passionné par l'originalité de sa FM sur laquelle l'animateur parle plus longtemps qu'ailleurs et où la musique est constituée d'une grande majorité de nouveautés, ce qui a fait le succès de la 1ère FM en Espagne (co-actionnaire de M40), Pat livre quelques uns de ses secrets. En conservant un aspect « propre », il faut surtout éliminer le blabla ou les formules du genre « Vous allez écouter maintenant » ou « Super – Hyper - Génial » ou encore « J'espère que vous allez bien, on va passer un bon après-midi », ce qui parait facile au premier abord mais qui, au long des émissions est un réel challenge : il ne faut pas se répéter. En revanche, la dérision est indispensable, le deuxième degré et surtout l'humour et l'auto-dérision permettent de rendre sympathique le DJ. « En fait, il n'y a pas de recette miracle » nous dis Pat' et il ajoute « Après avoir maîtrisé la technique, il fait trouver son style en restant surtout soi-même ». Essayer de jouer un rôle de sert pratiquement à rien. La difficulté majeure est de garder le même ton, la même humeur et la même « voix » que dans la vie. Il insiste sur la simplicité, l'émotion et la franchise. Pat Angeli y arrive et c'est ce qui le rend sympathique. S'il avait un conseil à donner aux DJ's en herbe, il leur conseillerai de pratiquer la « tchatche » (la parole), de ne pas rester renfermé, d'aller vers les autres et de dialoguer. « Un solide sens de l'humour et surtout pas se prendre au sérieux »sont ses devises.
Une méthode qui semble sourire à Pat Angeli dont on entendra sans doute parler de plus en plus.

2 commentaires:

Laurent a dit…

bonjour,

je suis tombé sur ce blog et cet article en tapant dans Google : "new hits + Maxximum + itunes"
j'étais à la fac en 1990, et j'écoutais le soir MaXXimum (avec 2X) : que du bons souvenirs, puis est venue l'aventure M40
et franchement, je suis sur ma faim quand j'écoute les autres radios, c'était le top, musiques,mix enchaînés, et surtout que des nouveautés!
merci pour cet article

j'écoute toujours de l'electro!

vive MaXXimum !

bricolman a dit…

Bonjour,
Oui ça manque M40, ça c'étais de la radio. Mais à quand un site avec toutes les musiques qu'ils passaient ???
J'écoute toujours aussi de l'électro mais plus à la radio !